70 Km/h sur le périphérique parisien

Publié le : 04 septembre 20184 mins de lecture
limitéeSur le périphérique de Paris la vitesse est limitée à 70 km/h au lieu de 80 km/h comme c’était avant. Tout cela pour diminuer la pollution atmosphérique et sonore.

En théorie, selon l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), ce changement de la vitesse dans la circulation dans le périphérique parisien peut diminuer la pollution de l’environnement même jusqu’à 5%. Et en ce qui concerne les effets sonores, ce changement peut diminuer le bruit de 1,7 décibel pour les voitures dites « légères » et de 1,2 décibel pour les vehicules dits « lourds ». Telle est la théorie qui semble vraiment parfaite. Mais en réalité, les choses peuvent se présenter d’une manière tout à fait différente.

Comme les spécialistes disent, les véhicules ne fonctionnent pas tous de la même façon. Selon la construction et le moteur, leur « comportement » est différent. Et pour passer de la vitesse de 80 km/h à 70 km/h ou, en général, pour ralentir, il faut rétrograder ce qui provoque une hausse du régime de rotation du moteur, alors une émission des rejets nocifs (polluants) et de bruits. Il faut être également conscient que le moment où les véhicules polluent et font de bruit le plus, c’est au ralenti, c’est quand ils roulent lentement. Et avant tout c’est dans les embouteillages. Pourquoi donc ce changement dans la vitesse limitée sur le périphérique de Paris ?

Si l’on ne sait pas de quoi il sagit, sans doute il sagit de l’argent. Et cela peut être également ce cas. Quand on a parlé de diminuer la limite de vitesse de 80 km/h à 70 km/h, on parlait aussi de laisser une semaine aux conducteurs pour s’adapter aux nouvelles conditions de la circulation, notamment à la baisse de la vitesse permise. Mais un jour avant que cette nouvelle limite entre en loi, la police annonce que les radars ne vont pas attendre et qu’ils sont déjà réglés en fonction de la nouvelle limitation à 70 km/h. L’écologie avant tout, n’est-ce pas ? Et le doublement de ces radars au moment où la limitation de la vitesse baisse sur le périphérique parisien, c’est bien sûr également à cause de la lutte pour l’écologie et notre environnement ? Bien évidemment, le coût du changement des panneaux indiquants 70 km/h au lieu de ceux qui indiquaient 80 km/h doit se retourner et ce sont des automobilistes qui doivent le payer…

Les intences sont sans doute bonnes mais seulement en théorie ; leur réalisation est loin d’être parfaite. De plus, il ne faut pas oublier que la vitesse moyenne sur le périphérique parisien c’est 40 km/h, alors dans la plupart des cas on luttait déjà contre la pollution atmosphérique et sonore. Mais pour la mairie de Paris cette bataille n’était pas suffisante, il faut que les conducteurs agissent également, il faut que leur vie dans les embouteillages soit encore plus difficile. Et tout cela au nom de l’écologie. Pourquoi pensent-ils que tout le monde va croire sans penser à tout ce qu’ils disent ? Les automobilistes ont leurs propres intelligences.

Plan du site